Traits d'Union

Une plume singulière & intimiste – Une formation active & responsable

Archive for the category “Articles sports”

Yann Cucherat. Centre nautique

Yann Cucherat : « Un écrin au cœur de Lyon »

Après trois ans de travaux, le Centre nautique Tony Bertrand, flambant neuf, est sorti de terre cette année. Décryptage avec Yann Cucherat, l’adjoint au maire de Lyon, chargé des Sports, de la Jeunesse et de la Vie associative.

Yann Cucherat

Le Centre nautique Tony Bertrand à Lyon

Pourquoi le Centre nautique du Rhône a-t-il été renommé Centre nautique Tony Bertrand ?

Yann Cucherat : « Il y a deux raisons. Tout d’abord, ce centre avait besoin d’une autre couleur, d’une nouvelle appellation. D’autre part, Tony Bertrand a été un personnage emblématique de Lyon et de sa politique sportive. Il a été adjoint aux sports durant trois mandats (de 1959 à 1977). C’est lui qui a créé le Palais des sports, la plaine des jeux de Gerland, plusieurs piscines dont le Centre nautique et une centaine de salles de sport. Il a fait rayonner la ville de Lyon. A 104 ans, il est venu baptiser le Centre nautique (en septembre 2015). »

Quelle a été la nature des travaux engagés au Centre nautique ? Pourquoi les bassins nord et sud ont dû être rénovés ?

« Le budget a été conséquent : 30 millions d’euros ont été investis. Il n’avait pas été rénové depuis sa création en 1965. Il avait besoin d’un coup de jeune. Les bassins étaient trop vétustes. Nous avons étalé les travaux sur trois ans pour ne pas perturber son utilisation estivale. La piscine est vraiment utile lors des périodes de fortes chaleurs. Nous avons commencé par le bassin nord. Nous avons apporté une offre nouvelle : banquettes à bulles, bains bouillonnants, jeux d’eau, toboggan, « pentagliss », rivière à contre-courant, pataugeoire… Sur le bassin sud, nous avons refait le fond. Il est désormais en inox : il restera ainsi en l’état. Nous avons installé un muret qui peut se relever au milieu de la piscine. Nous pouvons ainsi chauffer qu’une seule partie : l’énergie n’est pas gaspillée pour rien.

Le centre est ouvert à l’année avec une température à 28°. L’hiver, pour pouvoir accéder au bassin directement dans l’eau chaude, nous avons créé un couloir de nage. Nous avons aussi rénové les vestiaires. La billetterie a été également repensée pour améliorer la fluidité à l’entrée. Enfin, nous avons effectué une refonte de tout le système de filtration d’eau et de la motorisation. »

Yann Cucherat, ancien sportif de haut niveau

Aviez-vous du retard par rapport aux autres grandes villes de France ?

« Non. Bien sûr, si nous avions encore plus de bassins, tout le monde serait content. Pour autant, il faut savoir que le coût de la construction et de l’entretien est très élevé. Le budget consacré aux piscines représente un tiers du budget des sports ! Nous essayons toujours de trouver le bon équilibre. »

Quel était l’objectif général de ces travaux ?

« De rénover un équipement vieillissant en plein cœur de ville. Le but est que tout le monde passe de bons moments. L’été, les gens viennent toute la journée. Ils peuvent profiter, avec leurs enfants, de tous les équipements, pas seulement que de la piscine. Nous avons mis également en place des activités terrestres de loisirs comme du tennis de table, du tir à l’arc, du volley… Nous avons répondu à un besoin des Lyonnais. Pour preuve, les lignes d’eau sont prises tout le temps. Le public est conquis et fidèle. Nous avons aussi satisfait à une demande des associations sportives qui souhaitaient avoir des créneaux disponibles ; et aux scolaires pour l’apprentissage de la nage. »

Avec un bassin olympique de 50 mètres, Lyon va-t-il ainsi accueillir régulièrement des compétitions nationales et internationales ?

« Ce n’est pas une volonté en soi, ce n’est pas ce que nous souhaitons. S’il y a des opportunités, nous les prendrons, mais nous ne voulons pas couper le grand public du Centre nautique. Le lieu est dédié aux nageurs et ceux qui veulent se dépayser. »

Quelles sont les activités proposées l’hiver ?

« Uniquement de la nage. Le bassin est chauffé. Il y a trois autres projets en cours. En avril-mai 2016, une partie restauration sera effective, avec un souci de privilégier la qualité et à des prix raisonnables. »

Quelle est la particularité de ce centre aquatique ?

« Son emplacement. Cet équipement se situe en plein cœur de la ville, le long du Rhône. Le cadre est idéal, magique. C’est un magnifique écrin. Quand on nage à ciel ouvert, on a une vue imprenable sur les deux grands ponts, sur l’hôtel Dieu et sur la Basilique Notre-Dame de Fourvière. Ce sont des monuments emblématiques de Lyon. L’équipement est aussi doté de quatre mats qui surplombent la ville et l’illuminent. Nous allons organiser prochainement des nocturnes qui vont valoriser le site. On pourra se baigner la nuit et l’hiver dans une eau à 28° ! »

Je vous remercie Yann Cucherat.

Article rédigé par Sébastien Vives le 26/11/15 (commande de Sportmag)

A lire sur le site de Sportmag, notre partenaire. Nous rédigeons des articles dans les différentes rubriques UNSS, UGSEL, USEP, FFSU, business, omnisports… Notre journaliste renoue ainsi avec son grand amour, le journalisme sportif. vous pouvez donc voir que Sébastien Vives peut écrire sur n’importe quel sujet (sport, environnement, économie, entreprise, tourisme, culture…). N’hésitez pas à nous commander un article.

Pour lire tous les articles rédigés pour Sportmag (dont celui-ci sur Yann Cucherat) :

Pour nous contacter :

Traits d’Union

Sébastien VIVES

Tél. : 07 82 03 08 70

Mail :  sebastien-vives@traits-dunion.fr ou contact@traits-dunion.fr

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Samie Marland. Pancrace

Samie Marland

La pétillante Samie Marland

 Atch Productions organise en exclusivité le gala 100% fight exclusivement féminin, le samedi 28 novembre 2015, au Gymnase Japy à Paris. Samie-Jo Marland sera l’une des attractions de la soirée.

Samie-Jo Marland et le pancrace, c’est l’amour fou. Attirée depuis toujours par les arts martiaux, elle est aussi tombée amoureuse… de son futur conjoint avec des gants dans la main. Elle raconte : «  J’ai toujours voulu m’initier aux sports de combats, et puis un jour je me suis lancée en compagnie de ma sœur. Nous avons rejoint l’académie Long Jing, j’ai découvert ce qu’était le pancrace et j’y ai pris goût. De plus, j’ai rencontré mon conjoint et depuis nous partageons la même passion. »

En revanche, sur un ring, il n’y a pas vraiment de sentiments qui comptent. « Au sol, comme debout, c’est la guerre. Je suis ambitieuse. Je souhaite progresser encore et encore pour arriver à la hauteur de mes espérances ! Ce 100 % fight féminin est un grand pas en avant. Nous allons enfin montrer que les femmes ont, elles aussi, leur place dans ce milieu, et que nous sommes des guerrières ! »

La rigolote Samie Marland

Au travers de ce sport, elle a réussi à se surpasser, à gérer ses émotions, elle qui se dit une personne assez calme en dehors du ring. Elle a trouvé dans cette activité un bon exutoire. Elle aura l’occasion de prouver, samedi à Paris, ses qualités lors du combat superfights strawweight (-52kg) face à Ophélie Vandoolaeghe. « Avec la superbe préparation physique et morale que j’ai eu, je serai et je suis déterminée ! », assure-t-elle sans sourciller.

Volontaire, elle l’est aussi au niveau professionnel puisqu’elle suit la formation d’infirmière tout en travaillant en tant que serveuse à côté. On peut même définir Samie comme une personne « hyperactive » puisqu’en plus du pancrace, elle pratique aussi l’équitation. « J’y consacre une bonne partie de mon temps et ce depuis tout petite. » Sociable et pleine d’enthousiasme, elle n’oublie pas pour autant ses amis. « Je suis quelqu’un qui rigole beaucoup. Je cours, je vole, je vis. Libre, J’oublie la raison et l’ordinaire. J’ose. Les folies sont les seules choses que l’on n’oublie jamais. »

Article rédigé par Sébastien Vives le 26/11/15 (commande de Sportmag)

A lire sur le site de Sportmag, notre partenaire. Nous rédigeons des articles dans les différentes rubriques UNSS, UGSEL, USEP, FFSU, business, omnisports… Notre journaliste renoue ainsi avec son grand amour, le journalisme sportif. vous pouvez donc voir que Sébastien Vives peut écrire sur n’importe quel sujet (sport, environnement, économie, entreprise, tourisme, culture…). N’hésitez pas à nous commander un article.

Pour lire tous les articles rédigés pour Sportmag (dont celui-ci sur Samie Marland) :

Pour nous contacter :

Traits d’Union

Sébastien VIVES

Tél. : 07 82 03 08 70

Mail :  sebastien-vives@traits-dunion.fr ou contact@traits-dunion.fr

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Dylan Rocher. Pétanque.

Dylan Rocher

L’habileté de Dylan Rocher.

 Draguignan, lauréat 2014, est le grand favori du 15e Trophée des Villes de pétanque, qui se disputera à Colmar du 3 au 6 décembre 2015. Rencontre avec son jeune champion du monde et d’Europe en titre.

Comment préparez-vous ce Trophée des Villes ?

Dylan Rocher : « Depuis trois semaines-un mois, j’ai pris un peu plus de recul avec les boules. J’essaie de m’entraîner le moins possible pour avoir la patate le jour J. Je privilégie le physique. Nous avons été à fond depuis l’été : j’essaie donc de me relâcher un peu, de reprendre des forces. »

Vous avez remporté l’édition précédente, Draguignan fait-il figure de grand favori de l’épreuve comme tout le monde le pense ?

« Nous gardons bien sûr un très bon souvenir de l’année dernière. Nous avons gagné de fort belle manière et quasiment sans souffrir. Le Trophée des Villes est un peu un Grand chelem, comme au tennis. Cette compétition est très relevée et elle est en plus télévisée. Nous avons une très belle équipe et nous aimerions rééditer ce niveau de performance. »

Le titre de champion du monde triplette glané à Marseille est-il votre plus beau souvenir ?

« C’est un de mes plus beaux assurément. Après, mon premier titre de champion de France doublettes est aussi à marquer d’une pierre blanche. Tout comme le premier titre de champion de France tête à tête. »

Votre famille est férue de pétanque, votre voie était-elle forcément tracée dans ce sport ?

« Bien sûr. Le grand-père, la grand-mère, mes parents, mon frère : tout le monde joue à la pétanque. J’y suis tombé depuis tout petit. Après j’ai commencé à participer aux sélections de l’équipe de France juniors, espoirs puis seniors. J’ai évolué aussi avec mon papa, qui a été champion du monde en 2004. Ça c’est fait naturellement. »

Dylan Rocher : champions du monde père et fils

Nanti du statut de sportif de haut niveau, votre passion est-elle ainsi plus conciliable avec votre vie professionnelle ?

« Oui j’ai la chance d’avoir soixante jours par an de dégagés pour la pétanque. De plus, la mairie de Draguignan pour laquelle je travaille met tout en œuvre pour me libérer. Ma compagne me suit et c’est sûrement plus facile car je n’ai pas encore d’enfants. Lorsque j’en aurais, je lèverai un peu le pied.  »

Comment vous définiriez-vous sur un boulodrome ?

« Je suis un attaquant, j’aime bien dégommer les boules ! Sinon, je suis assez posé dans le jeu. Je ne me prends pas la tête. Je suis un gagneur, mais je me fixe des limites. En général, je suis beau joueur. »

Je vous remercie Dylan Rocher.

Article rédigé par Sébastien Vives le 24/11/15 (commande de Sportmag)

A lire sur le site de Sportmag, notre partenaire. Nous rédigeons des articles dans les différentes rubriques UNSS, UGSEL, USEP, FFSU, business, omnisports… Notre journaliste renoue ainsi avec son grand amour, le journalisme sportif. vous pouvez donc voir que Sébastien Vives peut écrire sur n’importe quel sujet (sport, environnement, économie, entreprise, tourisme, culture…). N’hésitez pas à nous commander un article.

Pour lire tous les articles rédigés pour Sportmag (dont celui-ci sur Dylan Rocher) :

Pour nous contacter :

Traits d’Union

Sébastien VIVES

Tél. : 07 82 03 08 70

Mail :  sebastien-vives@traits-dunion.fr ou contact@traits-dunion.fr

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Arts martiaux. Gala fight à Paris.

Arts martiaux
Atch Productions organise en exclusivité un gala de pancrace exclusivement féminin, le 100% fight ladies first, samedi 28 novembre 2015, au gymnase Japy à Paris. Rencontre avec la combattante ardéchoise.

Angélina Roustang sera opposée, sur le ring du gymnase Japy, à Jessy Berchel de la Free fight academy, pour un combat d’encadrement flyweight (-57 kg). Elle disputera sa première rencontre officielle en pancrace (arts martiaux). « Je n’ai jamais combattu car je ne pouvais pas encore m’impliquer à 100% dans mon entraînement. Pour cette saison 2015-2016, j’ai décidé de me donner les moyens. Et je le fais à fond en ce moment ! »

La pensionnaire du Long jong académie, club de la vile de Joyeuse en Ardèche, pratique les arts martiaux depuis 2011. Elle apprécie la particularité du pancrace. « C’est un sport tactique et réfléchi. Il rassemble toutes les meilleures techniques de différentes disciplines (JJB, lutte, boxe…). Ce sport me permet de garder la forme et d’aller au bout des choses. La préparation d’un combat nécessité une implication complète et un dépassement de soi à chaque instant. Et j’aime ces challenges quotidiens! »

Aux arts martiaux par hasard

Cette jeune fille de vingt-cinq printemps n’avait pas vraiment baigné dans les sports de combat avant d’être touchée par le virus de cette activité. « Avant cela, je faisais un peu de fitness, mais aucun sport d’opposition. Désormais, mes objectifs sont de combattre le plus possible. Je suis bien aidée pour cela par mes sparring-partners et mes coaches Rémi et Leny. » Elle apprécie donc d’autant plus d’avoir la chance de participer au gala parisien. « Je souhaite remercier l’organisation du 100% fight de m’offrir la possibilité de combattre. Je trouve géniale et novatrice l’initiative de proposer un gala exclusivement féminin. J’y adhère totalement et je souhaite vraiment que nous toutes, combattantes de cette soirée, prouvions à tous que les femmes ont leur place dans ce milieu et peuvent elles aussi faire le show! »

Article rédigé par Sébastien Vives le 20/11/15 (commande de Sportmag)

A lire sur le site de Sportmag, notre partenaire. Nous rédigeons des articles dans les différentes rubriques UNSS, UGSEL, USEP, FFSU, business, omnisports… Notre journaliste renoue ainsi avec son grand amour, le journalisme sportif. vous pouvez donc voir que Sébastien Vives peut écrire sur n’importe quel sujet (sport, environnement, économie, entreprise, tourisme, culture…). N’hésitez pas à nous commander un article.

Pour lire tous les articles rédigés pour Sportmag (dont celui-ci sur les arts martiaux) :

Pour nous contacter :

Traits d’Union

Sébastien VIVES

Tél. : 07 82 03 08 70

Mail :  sebastien-vives@traits-dunion.fr ou contact@traits-dunion.fr

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Christophe Sarrio. Pétanque

Christophe Sarrio
 Parmi les 32 écuries présentes au 15e Trophée des Villes, du 3 au 6 décembre 2015 à Colmar, la formation lyonnaise, finaliste en 2013 fera figure d’outsider. Portrait de son leader.

À trente et un an, Christophe Sarrio n’a pas l’expérience et le palmarès phénoménal d’un Philippe Quintais, d’un Philippe Suchaud ou d’un Claudy Weibel, mais il est assurément un jeune talent respecté de ses pairs. Finaliste malheureux en 2013 et demi-finaliste la saison dernière du Trophée des Villes, il forme une équipe soudée avec ses compères David Suarez, Mickaël Rosati et Anthony Billet. « J’évolue avec mes amis », se félicite le vainqueur du Mondial 2008 en doublette avec David Le Dantec. « Pour moi, s’il n’y a pas d’amitié aux boules, ça ne peut pas marcher. Avec David (Suarez), nous nous connaissons depuis dix ans. Quand nous avons une boule à jouer, nous savons ce que nous devons faire. Il peut arriver que nous nous engueulions mais ce n’est pas bien grave. Une fois j’ai pourri Michaël, et quand j’ai vu l’image à la télévision, je m’en suis voulu. Je l’ai appelé pour m’excuser. »

Avec ses copains, il profite pleinement de son statut de champion de pétanque lui permettant de disputer des tournois exotiques. « Je suis actuellement à la Réunion pour participer à une compétition internationale », répond-t-il au bout du fil… avant peut être d’aller plonger dans les lagons. « Avant, nous sommes allés en Corse et à Malaga. Nous nous amusons bien. »

Christophe Sarrio à 100%

Animateur sportif dans son club de Bron-Terraillon, le finaliste des championnats de France triplette et tête à tête 2008 assouvit à 100% sa passion de la pétanque. « Je prends beaucoup de plaisir. C’est pour moi un moment de détente. Je travaille toute la semaine, et le week-end, je passe des bons moments. Et quelques fois il nous arrive de gagner… »

Motivé comme jamais, Christophe Sarrio espère bien conjurer le sort cette année, même s’il reconnaît que la concurrence est féroce. « Je trouve le plateau très relevé : huit équipes peuvent remporter l’épreuve. Draguignan, Dreux, Metz et Clermont-Ferrand sont les favoris. Nous espérons être enfin gâtés par le tirage au sort car, à chaque fois, nous tirons les têtes de série. Notre objectif est d’arriver dans le dernier carré, après ce n’est que du bonus. Nous aimerions tellement gagner pour notre comité du Rhône et surtout pour notre président Henri Bayada. Nous avons une pensée pour lui. »

Article rédigé par Sébastien Vives le 20/11/15 (commande de Sportmag)

A lire sur le site de Sportmag, notre partenaire. Nous rédigeons des articles dans les différentes rubriques UNSS, UGSEL, USEP, FFSU, business, omnisports… Notre journaliste renoue ainsi avec son grand amour, le journalisme sportif. vous pouvez donc voir que Sébastien Vives peut écrire sur n’importe quel sujet (sport, environnement, économie, entreprise, tourisme, culture…). N’hésitez pas à nous commander un article.

Pour lire tous les articles rédigés pour Sportmag (dont celui-ci sur Christophe Sarrio) :

Pour nous contacter :

Traits d’Union

Sébastien VIVES

Tél. : 07 82 03 08 70

Mail :  sebastien-vives@traits-dunion.fr ou contact@traits-dunion.fr

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

COP 21. Initiatives

COP 21
 La grande actualité de la fin d’année 2015 se déroulera en France avec la COP 21 à Paris. Du 30 novembre au 11 décembre, l’UNSS prendra part de façon très active à la défense de l’environnement.

La conférence internationale pour le climat est un évènement planétaire, qui se déroulera au Bourget. L’obtention de la labellisation COP 21, après un projet présenté et validé par madame Ségolène Royal, ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, s’avère être une vraie reconnaissance pour l’UNSS. Des actions ont en effet été mises en œuvre lors des championnats de France et lors des différents évènements sportifs de l’UNSS.

275 Jeunes officiels venus des académies de Paris, Versailles et Créteil seront présents sur le village « Espace Générations Climat » du mardi 1er au 11 décembre sauf le dimanche 6 et le samedi après-midi.

3 500 élèves à la COP 21

Chaque jour, on retrouvera environ quinze « jeunes dirigeants » qui encadreront des groupes de classes venus de toute la France sur un parcours pédagogique. Pendant ce temps, quatre ou cinq jeunes reporters filmeront les présentations des projets autour du développement durable de chaque groupe de classe présent. Enfin au quotidien, cinq jeunes organisateurs animeront le stand UNSS. Au total, les jeunes officiels vont encadrer plus de 3500 élèves durant la période de cette COP 21.

Au sein de l’espace générations climat, un stand dédié UNSS sera réparti de deux façons. Un espace conférence où des présentations, interventions de différentes fédérations sportives et partenaires privées viendront composer les journées. La répartition des jeunes officiels se fera naturellement sur le stand. Quinze jeunes officiels accompagneront et guideront les groupes d’élèves autour d’un parcours pédagogique rythmé par trois thèmes (causes et effets du réchauffement climatique, enjeux et modalités des négociations internationales, les solutions présentes et à venir), les jeunes officiels animeront le stand UNSS « recharge tes batteries ». Cette animation avec des vélos permettra de recharger les batteries des téléphones portables. Pendant ce temps, deux autres jeunes officiels prendront en charge la gestion de l’espace «jeunes ». Ils y recenseront notamment les questions des élèves autour du réchauffement climatique.

Article rédigé par Sébastien Vives le 20/11/15 (commande de Sportmag)

A lire sur le site de Sportmag, notre partenaire. Nous rédigeons des articles dans les différentes rubriques UNSS, UGSEL, USEP, FFSU, business, omnisports… Notre journaliste renoue ainsi avec son grand amour, le journalisme sportif. vous pouvez donc voir que Sébastien Vives peut écrire sur n’importe quel sujet (sport, environnement, économie, entreprise, tourisme, culture…). N’hésitez pas à nous commander un article.

Pour lire tous les articles rédigés pour Sportmag (dont celui-ci sur la COP 21) :

Pour nous contacter :

Traits d’Union

Sébastien VIVES

Tél. : 07 82 03 08 70

Mail :  sebastien-vives@traits-dunion.fr ou contact@traits-dunion.fr

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Suchaud Philippe. Pétanque.

Suchaud

Philippe Suchaud, le roi du Trophée des Villes

 Le joueur le plus titré du Trophée des Villes de pétanque, avec cinq succès, n’a pu rajouter son nom en 2014 à cause d’une blessure. Présent cette année à Colmar, il fait figure d’épouvantail avec sa formation de Dreux.

Avez-vous coché en rouge, sur votre agenda, la période du 3 au 6 décembre 2015, correspondant au Trophée des Villes ?
Philippe Suchaud : « C’est un des objectifs de la saison. Nous disputons toujours les tournois pour les gagner. Nous essayons de faire le mieux possible pour notre ville, pour notre club. Avec Philippe (Quintais) et Manu (Lucien), nous formons une belle équipe. En 2014, j’avais une péritonite, j’ai dû me faire opérer. Cette année, je suis apte. Avec Philippe, nous n’avons pas évolué ensemble depuis un mois, nous allons nous retrouver là-bas. Cette compétition est particulière, le jeune a souvent la clé. Nous jouons qu’une fois par an avec lui, il nous faut nous adapter, le mettre en confiance. Il ne faut pas non plus perdre la triplette. J’aime ce challenge. »

Que représente pour vous tous ces trophées accumulés (10 fois champion du monde, 11 titres de champion de France, 7 Masters…) ?
J’ai gagné souvent, je suis content, mais je ne me formalise pas. J’aimerais maintenant me déplacer un peu moins : profiter un peu plus de ma famille.

Philippe Suchaud et l’équipe de France…

Comment avez-vous débuté la pétanque et comment pouvez-vous expliquer votre réussite au plus haut niveau ?
Je jouais pour le plaisir avec mon père et mon grand-père. Mon sport était le football, mais je me suis blessé. Je me suis donc rabattu sur la pétanque. J’ai croisé les bonnes personnes comme Daniel Voisin (champion du monde 1988 et 1989) puis j’ai été associé avec Philippe Quintais en 1994 avec les Bleus. Ensemble, nous avons remporté les Mondiaux en 1995 et nous avons enchaîné. Je suis en équipe de France depuis vingt ans. La Fédération nous a toujours apporté sa confiance. Le plus important dans une équipe est l’homogénéité et l’entente. Nous nous connaissons par cœur avec Philippe. Il y a une belle complicité. Il suffit d’un regard pour savoir ce que nous allons décider. Il faut aussi pardonner à l’autre. Nous ne sommes pas là pour nous engueuler. Le mental est bien sûr aussi important.

N’est-il pas trop difficile de combiner votre profession et votre passion ?
Je travaille à l’abattoir la semaine et je joue aux boules le week-end. Il n’y a que l’été où je pars en tournée. Il est très rare que je jette les boules en semaine. Je me lasserais si j’étais tout le temps sur un boulodrome. Je préfère rentrer directement dans la compétition. Je réussis à associer les deux grâce à mon épouse qui est très conciliante. Elle me supporte depuis vingt-cinq ans. Pour autant, j’aimerais bien vivre complétement de ma passion, mais il n’y a pas beaucoup d’argent dans la pétanque. Cela pourrait changer si ce sport était aux Jeux Olympiques.

Je vous remercie Philippe Suchaud.

Article rédigé par Sébastien Vives le 16/11/15 (commande de Sportmag)

A lire sur le site de Sportmag, notre partenaire. Nous rédigeons des articles dans les différentes rubriques UNSS, UGSEL, USEP, FFSU, business, omnisports… Notre journaliste renoue ainsi avec son grand amour, le journalisme sportif. vous pouvez donc voir que Sébastien Vives peut écrire sur n’importe quel sujet (sport, environnement, économie, entreprise, tourisme, culture…). N’hésitez pas à nous commander un article.

Pour lire tous les articles rédigés pour Sportmag (dont celui-ci sur la pétanque et Mr Suchaud) :

Pour nous contacter :

Traits d’Union

Sébastien VIVES

Tél. : 07 82 03 08 70

Mail :  sebastien-vives@traits-dunion.fr ou contact@traits-dunion.fr

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Post Navigation