Traits d'Union

Une plume singulière & intimiste – Une formation active & responsable

Archive for the tag “OZON”

Élagage. Guillaume Druelle

PORTRAITS D’ENTREPRENEUR-ESGUILLAUME DRUELLE

Élaguer dans les règles de l’art

Guillaume Druelle a des principes et il s’y tient. Cet entrepreneur, qui a fondé en septembre 2015 Druelle Élagage à Bressols*, au sein de la Coopérative d’activités et d’emploi Ozon, aime les choses carrées.

élagage

Droit dans ses bottes, il sait se faire apprécier de ses clients : « Quand je repars d’un chantier, je sais que le travail que j’ai fourni est correct. J’aime le boulot bien fait. Je donne un horaire à un client et je l’honore. Je trouve que c’est important la rigueur, le respect de l’autre et de soi-même. »

Ses qualités, il les a développées, durant dix années dans l’armée. Il a embrassé sa carrière à 18 ans dans les fusillés marins, à Lorient. « Comme je n’avais pas spécifiquement de diplômes, sauf celui de mécanique auto, je me suis engagé. J’avais quelqu’un de ma famille qui y était déjà. C’était glorieux pour moi d’y rentrer. Je m’y suis plu. J’ai apprécié les cours commando, de plongeur, de parachutiste, d’escalade. »

L’élagage après l’armée…

Après cette décennie militaire, il estime avoir atteint tous ses objectifs. Il souhaite aussi préserver sa famille. « A l’armée, on est plus souvent avec les copains qu’avec ses proches. Je ne regrette pas, mais j’ai tellement vu de gradés divorcés… À 40 ou 50 ans, ils se retrouvent seuls. Avec l’arrivée de mon enfant, j’ai préféré exercer un métier où je pouvais plus souvent rentré à la maison. »

Il se souvient alors de son projet avorté : celui de partir au Québec pour être élagueur. « J’ai envie d’être à l’extérieur, dans la nature et me dépenser physiquement. » Ayant gardé des liens avec ses anciens camarades de la marine, il suit un stage chez l’un d’entre eux, qui s’est reconverti dans cette activité. « Je me suis rendu compte que c’était quelque chose qui pouvait me plaire. Je pouvais m’épanouir dans cette spécialité. »

Comme dans l’armée, il goûte à nouveau avec délectation au risque, à la mise en danger. « J’ai besoin de ressentir en moi une montée d’adrénaline, d’être en altitude. C’est dangereux l’élagage. Même un élagueur ayant quinze ans d’expérience ne peut pas dire qu’il n’a pas peur, sinon il est inconscient. Il faut toujours avoir ce petit doute, cette petite crainte pour garder à l’esprit la notion de sécurité. »

Ces aspects, il les a acquis au cours de sa formation d’élagueur, durant huit mois à Auterive. Il a décroché le Certificat spécifique d’élagage. « Nous avons vu le cordage, la sécurité personnelle et du lieu, le treuil, le haubanage (quand l’arbre est fatigué), l’abatage. » À Montauban, ils ne sont que trois ou quatre élagueurs à être détenteur de ce diplôme d’État. C’est une vraie valeur ajoutée par rapport à ses concurrents. Il peut ainsi livrer des conseils avisés sur les arbres grâce à une bonne connaissance des végétaux. « Chaque arbre est différent », martèle Guillaume Druelle. « On ne peut pas dire ‘’l’élagage, c’est juste couper des branches’’, ça dépend de l’arbre, de son positionnement et de sa situation géographique. Nous travaillons sur du vivant. Il y a donc plein de choses à prendre en compte. »

L’entreprise Druelle Élagage intervient dans la région Midi-Pyrénées, sur tout type de taille (forte ou douce architecturée), sur tout arbre de plus de trois mètres et toute hauteur. Elle n’utilise pas de nacelle pour éviter d’abimer les arbres. Elle propose de l’élagage, de l’abatage et de l’entretien de jardin (taille de haies, tonte et débroussaillage). Disponible, réactif et sérieux, Guillaume Druelle a tout du professionnel rêvé.

Article rédigé par Sébastien VIVES

Entrepreneur de Traits d’Union. www.traits-dunion.fr

* Guillaume Druelle – Druelle Élagage

1455 chemin de Cauty 82710 Bressols – 06 16 75 62 78 – Druelle.elagage@hotmail.com

Article rédigé par Sébastien VIVES (commande SCOP Ozon, newsletter mensuelle)

Pour recevoir tous les articles :

Tous les articles de notre journaliste professionnel  :

www.sebastienvives.com

Pour effectuer une commande à l’instar de Guillaume Druelle (élagage) :

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Frimousse et coccinelle

PORTRAITS D’ENTREPRENEUR-ESAURÉLIE JOUAN

Frimousse et coccinelle : la boutique des familles nature

Frimousse et Coccinelle

Aurélie Jouan est une entrepreneure citoyenne et solidaire. Engagée et enthousiaste à souhait, elle mène de front plusieurs activités complémentaires.

Elle propose tout d’abord des produits sains, écologiques et économiques pour les petits et les grands. Ses articles sont disponibles dans sa boutique *, en ligne avec une livraison gratuite dans des magasins dépôts locaux, ou à domicile lors de soirées organisées chez les clients. « J’ai la chance d’exercer un métier qui me plait et utile », martèle cette dynamique trentenaire, qui accompagne des familles depuis déjà dix ans. « Je fais profiter de mon expérience d’utilisatrice en tant que maman de quatre enfants. Avec eux, j’ai testé des produits qui m’ont beaucoup plu. Après treize ans de sélection, je commerciale des articles naturels de qualité. »

Pour une petite frimousse

Les clients peuvent ainsi acheter des couches lavables, des produits de portage, des vêtements de bébé ou encore des produits d’hygiène et des accessoires pour la toilette infantile. La liste est loin d’être exhaustive. Son offre complète pour les bébés et leurs parents est très diversifiée et accessible.

La famille des Textiles sanitaires réutilisables (TSR) regroupe les couches bébé et adulte, protections périodiques, lingettes, lavables… De plus en plus de structures (crèches, maternités, maisons de retraite) s’y intéressent pour leur moindre impact sur l’environnement et leur coût réduit. Mais encore faut-il s’y connaître un peu, et savoir tenir la barre face à la mauvaise connaissance et aux idées préconçues à ce sujet.

Aurélie, en tant que consultante, propose un accompagnement technique et personnalisé pour faire du passage en réutilisable une réussite.

« Les ateliers de la Coccinelle », une certaine philosophie de vie

Aurélie anime enfin des ateliers de fabrication de cosmétiques, produits d’hygiène et ménagers naturels. Loin de proposer des produits finis, elle accompagne les stagiaires à confectionner leurs propres produits avec des matières naturelles, biologiques et non toxiques.

Au cours de ses ateliers, elle aime transmettre des informations importantes pour la santé de chacun. « Je me suis aperçue que les gens ne connaissent pas toujours la composition des produits qu’ils achètent et utilisent, que ce soit dans les produits cosmétiques, mais également couches, protections féminines ou textiles. Je leur apporte la connaissance des alternatives. Il n’y a pas besoin d’avoir beaucoup de temps pour confectionner ses produits soi-même. J’en suis la preuve vivante. C’est plus un choix, une habitude. En tout cas, je prends beaucoup de plaisir quand je fabrique des cosmétiques. »

Aurélie n’a pas embrassé cette activité professionnelle singulière par hasard. Le mimétisme a très bien fonctionné chez elle. Dès sa tendre enfance, elle a vécu dans un environnement sain. « J’ai grandi dans une famille qui était écolo avant l’heure. Mes parents cultivaient leur potager et les plantes médicinales. Ils m’ont éduqué également dans la communication non violente. » Quand elle a eu à son tour des enfants, elle s’est tournée… tout naturellement vers le maternage. Dans la vie, elle œuvre pour « un monde plus doux et plus sain pour tous les p’tits bouts et leurs familles », comme l’indique le slogan de sa petite entreprise.

Article rédigé par Sébastien VIVES (commande SCOP Ozon, newsletter mensuelle)

* Aurélie Jouan – Frimousse et coccinelleFrimousse et coccinelle

495, chemin de Sénoulac

82270 Montpezat-de-Quercy

05 63 31 68 97/06 18 35 62 18

frietco@gmail.com

Pour recevoir tous les articles :

Tous les articles de notre journaliste professionnel  :

www.sebastienvives.com

Pour effectuer une commande à l’instar de Frimousse et coccinelle :

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Gîte auberge. Gorges de l’Aveyron

PORTRAITS D’ENTREPRENEUR-ES – CORINNE BOISSON (Gîte auberge)

Comme à la maison

gîte aubergegîte auberge

Familial, convivial : le gîte auberge des Gorges de l’Aveyron à Saint-Antonin-Noble-Val, qui a ouvert ses portes en juin 2014, est à l’image de Corinne Boisson, sa propriétaire.

Cette Tarn-et-Garonnaise de cœur loue toute l’année, une grande maison lumineuse avec vue sur le roc d’Anglars, dans le centre de ce village médiéval d’une extraordinaire richesse architecturale et naturelle. Situé en Midi-Pyrénées dans les gorges de l’Aveyron au carrefour du Rouergue, du Quercy et de l’Albigeois, dans une vallée entourée de zones Natura 2000, Saint-Antonin-Noble-Val est considéré comme le ‘’poumon vert du Tarn-et-Garonne’’.

Gîte auberge singulier

À deux pas de la piscine municipale, de la rivière, des activités de pleine nature et de tous les commerces, le site est un cadre propice à la détente. Son offre comprend trois formules : l’hébergement, les repas et les stages. « L’idée est de recevoir des groupes jusqu’à neuf personnes, voire plus avec des couchages d’appoint », précise cette ancienne conseillère d’insertion de l’EREF de Saint-Antonin, qui a décidé de changer de vie pour trouver une nouvelle énergie. « Bientôt nous pourrons accueillir des groupes de douze personnes lorsque nous aurons terminé les travaux du rez de chaussée avec mon conjoint. »

Outre ses trois belles chambres, ses deux salles de bains, sa salle d’activité de 40m2 équipée de tapis pour la pratique d’activités diverses, la particularité de ce gîte est sa cuisine ouverte. « Je ne voulais pas être isolée dans mon coin lorsque je prépare à manger. Les gens viennent, ils rentrent. Ils peuvent même m’aider. C’est déjà arrivé. On m’a dit : « Vous ne voulez pas un coup de main ? ». On commence à discuter. On échange les recettes. Je lie connaissance. »

Une cuisine aux petits oignons

La cuisine de Corinne est familiale, simple, variée. Les clients se délectent de ses mets délicieux. « À part lorsqu’il y a des habitudes alimentaires précises, je prépare les plats que j’ai envie. Je propose une entrée, un plat principal et un dessert. Et à chaque fois, les gens sont ravis. » Bien préparés, ses aliments sont aussi de qualité. « Je privilégie des produits locaux et de saison. Je me fournis sur le marché de Saint-Antonin du dimanche matin, parce qu’il est bien achalandé. La plupart du temps, j’achète à des producteurs. »

Avec son statut de traiteur à domicile, cette Francilienne de naissance intervient également dans un lieu tiers. « Cet été, j’ai notamment préparé, durant trois semaines, les repas des midis et des soirs au moulin de Roumegous à Saint-Antonin. »

Dans sa cité, Corinne anime aussi des cours de Taï ji quan, tous les soirs de la semaine et des périodes scolaires. « J’ai deux métiers. Lorsque j’ai quitté l’EREF, je cherchais une activité qui me permettrait de garder mes cours. » Et puis le coup de foudre pour cette maison datant des années 1960, nanti d’un jardin, d’un balcon, d’une cour intérieure et d’une terrasse ombragée, est arrivé. « J’ai totalement flashé pour ce lieu atypique. Il a fallu tout de même deux ans de travaux pour le retaper. » Avec la passion, on soulève des montagnes…

Article rédigé par Sébastien VIVES (commande SCOP Ozon, newsletter mensuelle)

* Gîte auberge des Gorges de l’Aveyron 20 avenue du Docteur Adrien Constans, Saint-Antonin-Noble-Val

Tél. : 09 61 21 95 01/06 79 97 64 90    Mail : giteauberge.gorgesaveyron@laposte.net                                         www.giteaubergestantonin.jimdo.com

L’article en téléchargement de Corinne Boisson sur son gîte auberge :Corinne Boisson

Pour recevoir les articles d’entrepreneures et d’autres articles :

Tous les articles de notre journaliste professionnel  :

www.sebastienvives.com

Pour effectuer une commande à l’instar de ce gîte auberge :

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Entrepreneures. Duonettoyage.

C’est du propre

Les entrepreneures de Duonettoyage

Céline Hugou et Astride Fonlebeck

Des entrepreneures montalbanaises

« Nettoyer, astiquer, balayer… » Le boulot ne manque pas pour maintenir un bâtiment propre. Astride et Céline, les gérantes de Duonettoyage, entreprise créée en 2012, exercent leur activité de nettoyage des parties communes des immeubles et des locaux professionnels. Elles interviennent principalement dans le secteur de Montauban et une petite partie dans le reste du département de Tarn-et-Garonne. Elles ont aussi à leur charge l’entretien d’un gite, à Salvagnac, les samedis de mai à septembre.

Balayage, aspiration, dépoussiérage, enlèvement des toiles d’araignée, lavage et remise en état après un chantier ou un déménagement sont leur travail quotidien. Un travail physique qui leur sied bien. « Je souhaitais me dépenser », précise Céline après avoir connu le salariat dans des bureaux. Les deux copines, qui se connaissent « depuis longtemps », avaient déjà eu une expérience dans ce secteur. « Nous étions dans le réseau », indique Céline. « Nous savions où nous adresser pour la formation, le conseil, l’achat du matériel. Nous avions aussi une idée de notre future clientèle. » Et aussi le désir d’utiliser, le plus possible, des produits respectueux de l’environnement. Outre les conséquences sur l’état de la planète, Astride a constaté des désagréments chez leurs clients « au niveau des odeurs et des allergies ». Elles privilégient donc des produits écologiques. Malheureusement, ce n’est pas encore un argument de vente auprès de leurs clients.

Proximité et réactivité

La valeur ajoutée de Duonettoyage est la proximité. Situé dans le centre-ville de la cité d’Olympe-de-Gouges, le binôme est réactif aux demandes des entreprises. « Nous venons rapidement sur les lieux en cas d’urgence ou pour présenter un devis », se félicite Astride. « Nous avons aussi un dialogue franc avec nos interlocuteurs. » Et entre elles, l’entente est également au beau fixe. « Au départ, il faut s’accorder. Il y a un temps d’adaptation, mais quand les rôles sont bien définis, tout roule », répondent-elles de concert. La synchronisation est totale entre les deux jeunes femmes. L’aspirateur et le dépoussiérage pour l’une et le balai à plat pour l’autre. Les gestes s’enchaînent à la perfection. Elles se partagent aussi la gestion administrative et la logistique. En revanche, la prospection commerciale est réalisée à deux. Le rapport humain est un vrai atout par rapport aux grosses structures. « Nos clients apprécient notre service et notre savoir-faire », explique Céline. « Nous leur offrons aussi une multitude de services avec les autres entrepreneur-es de la SCOP Ozon. »

Céline et Astride avaient besoin d’un accompagnement administratif afin de sécuriser leur petite entreprise. Elles l’ont trouvé dans la Coopérative d’activités et d’emplois. « Dans le gouffre de la création d’entreprise, nous ne souhaitions pas être seules. La SCOP a réduit nos craintes et nos appréhensions. Le statut d’entrepreneur-salarié nous intéressait également. » Un sacré duo au service des entreprises.

Article rédigé par Sébastien VIVES (commande SCOP Ozon, newsletter mensuelle)

Duonettoyage : les entrepreneures Céline Hugou et Astride Fonlebeck

Tél. : 06 20 88 70 47. Mail : duonettoyage@gmail.com

L’article en téléchargement des deux entrepreneures : Duonettoyage

Pour recevoir les articles d’entrepreneures et d’autres articles :

 

Tous les articles de notre journaliste professionnel  :

www.sebastienvives.com

Pour effectuer une commande à l’instar des entrepreneures :

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Cadat Estelle. Entrepreneure.

Une grande ressource humaine

La talentueuse Estelle Cadat

La talentueuse Estelle Cadat

CTCRiche est une rencontre avec Estelle Cadat (C.T.C. Cadat Training & Consulting). Riche aussi est le parcours et les compétences de cette Castelsarrasinoise, citoyenne du monde…

Une vraie et belle personne. Ouverte, chaleureuse, bienveillante, enthousiaste, généreuse… La liste des grandes qualités humaines d’Estelle Cadat est loin d’être exhaustive. Rien d’étonnant pour cette charmante ardéchoise de naissance d’avoir embrassé une carrière dans le conseil et la formation. Estelle, qui a visité près de trente pays, a toujours eu envie d’accompagner, de tendre la main à celui qui en avait besoin. Très jeune, elle souhaite s’impliquer dans le bénévolat. « Nous avons tous une responsabilité », martèle-t-elle. « Je voyais des personnes souffrir et je me suis dit : qu’est-ce que tu peux faire? » Elle s’engage dans l’association Aide et Action et parraine un enfant au Togo pour son éducation.  « Je suis allée le voir et j’ai constaté les résultats, mais pour moi ce n’était pas suffisant. J’avais besoin de plus de temps pour agir. »

Cadat Training Consulting

Pour mettre en adéquation ses valeurs et sa vie professionnelle, jusqu’à présent centrée sur le marketing direct et la communication, elle se forme à l’action humanitaire. Dans le cadre de son Master 1 de coordinatrice administratrice en solidarité internationale, elle part à Kinshasa en République Démocratique du Congo. Estelle est chargée de la coordination, l’administration financière et de la gestion des ressources humaines. Elle dirige trois cents personnes réparties sur quatre bases, dans le cadre d’un programme du Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies. Une vraie aventure dans un pays, qui est cinq fois plus grand que la France. «  Il y avait beaucoup de conflits, de corruption, de longues négociations… ». Plus tard, elle part au Sri Lanka puis au Mali afin d’élaborer et mettre en place la stratégie de gestion des ressources humaines de l’ONG Solidarités International et Médecins du Monde Belgique.

Des ressources humaines responsables

De retour dans l’Hexagone, et après deux nouveaux diplômes en poche, elle intervient en tant qu’indépendante dans le conseil, la communication, et la gestion de projets, auprès d’une équipe pluridisciplinaire. « Ce projet d’un centre d’hébergement pour femmes dans le quartier des Carmes à Toulouse correspondait en tous points à ce que j’aimais. » Pour le « statut » et ses « valeurs », Estelle devient entrepreneure-salariée de la Coopérative Ozon.

Les missions de son entreprise, Cadat Training et Consulting (CTC), sont de participer au développement de pratiques managériales qui favorisent l’épanouissement professionnel des acteurs et au bon fonctionnement d’une organisation. Elle dispense des formations en ressources humaines et management « pour mettre l’homme au centre ». Mais pas seulement. « J’ai bien vu, à l’étranger, que les ressources de la planète n’étaient pas pérennes et que tout le monde n’y avait pas accès. J’accompagne donc les structures à avoir une démarche de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE). »

Elle reste en veille. Elle est d’ailleurs en train de valider un diplôme universitaire de management dans la RSE. Et elle apprend toujours au contact d’autres personnes. « La diversité et la différence sont des réelles richesses et sources d’innovations. J’en suis convaincue, je l’ai vécu au sein d’équipes pluridisciplinaires et multiculturelles. »

La pluralité du parcours d’Estelle Cadat lui donne une vision transversale d’une entreprise. Une vraie valeur ajoutée.

Article rédigé par Sébastien VIVES (commande SCOP Ozon, newsletter mensuelle)

Estelle CADAT (Cadat Training & Consulting)

Tél. : 06 09 46 45 70. Mail : c.tc@hotmail.fr

L’article en téléchargement : Portrait Estelle CADAT

 

Pour recevoir l’article d’Estelle Cadat et d’autres articles :

Tous les articles de notre journaliste professionnel  :

www.sebastienvives.com

Sutherland Kimberley

Le langage de la tolérance

Photo Kimberley Sutherland

Kimberley Sutherland, entrepreneure de l’Atelier des langues

Née à Vancouver, dans la partie anglophone du Canada, Kimberley Sutherland est une citoyenne du monde. « Notre vraie nationalité est l’humanité » disait Herbert George Wells, l’écrivain britannique. Avec un père ingénieur, qui de par son métier, était souvent muté, elle a posé ses valises dans de nombreux pays du globe (Etats-Unis, Algérie, Angleterre, Suisse, Egypte, Pays de Galles, France) et découvert des cultures différentes. Pas étonnant que Kimberley ait une grande capacité d’adaptation. « J’ai vécu dans une école cosmopolite américaine au Caire durant trois ans. J’ai aussi rencontré, à Londres, des personnes ayant fait le tour du monde puis échangé avec de nombreux Australiens. Toutes ces expériences m’ont apporté une grande richesse. »
Son ouverture d’esprit, sa tolérance et sa sociabilité, puisent leurs sources dans ce parcours de vie atypique. Son goût pour la communication interculturelle et les langues aussi. Avant de lancer ‘’L’atelier des langues’’, son activité en 2009 au sein de la SCOP Ozon, Kimberley, parlant de naissance la langue de Shakespeare, a appris celle de Molières dès l’âge de cinq ans. « Mes parents, qui venaient de prendre leurs quartiers à Oran (Algérie), m’ont envoyé dans une école de pension en Suisse, pour apprendre le français. Au bout de trois mois, je le parlais couramment. »

Traduction, interprétariat, formation

Ayant de fortes aptitudes à l’apprentissage des langues, cette globe-trotteuse a suivi une licence français/anglais à l’université de Swansea (Pays de Galles) ; puis une maîtrise en lettres modernes (spécialité littérature française) à Brest, tout en étant lectrice d’anglais. Elle a poursuivi cette voie en rédigeant un mémoire et préparer un doctorat sur Marcel Proust. Sa méthode pédagogique active actuelle s’inspire de la singularité d’écriture de l’auteur. « Le lecteur réfléchit avec l’écrivain. Il suit son cheminement. »
Kimberley s’est tout naturellement tournée vers la formation des langues vivantes. Elle dispense des cours d’anglais tout niveau et du français pour les étrangers. Un travail de qualité toujours tourné vers le plaisir. Elle insuffle largement son enthousiasme. Elle complète son activité en étant traductrice-interprète assermentée.

Kimberley Sutherland

Curieuse de nature, elle forme aussi à la communication interculturelle. « Je leur apprends les gestes et les paroles appropriés en fonction de la nationalité et la culture de la personne avec laquelle on échange. » Passionnant. Cette adorable canadienne, qui exerce depuis plus de dix ans en Midi-Pyrénées, est associée depuis 2012 au sein de la SCOP Ozon. Tout sauf un hasard. Elle loue les valeurs de cette Coopérative d’activités et d’emploi : « l’humain est au centre. » Et de poursuivre : « Je veux moi aussi aider les autres dans leur activité : c’est un engagement moral. Je me sens responsable. » Dans ce sens, Kimberley collabore sur des projets de traduction commerciale et technique avec Stephen Glasgow (entreprise MDSG international), également associé chez Ozon. Généreuse, tournée vers les autres, les écrits de Marcel Proust définissent bien l’état d’esprit de Kimberley Sutherland. « Le seul véritable voyage, le seul bain de jouvence, c’est d’avoir d’autres yeux, de voir l’univers avec les yeux d’un autre, de cent autres, de voir les cent univers que chacun d’eux voit, que chacun d’eux est. »

Article rédigé par Sébastien VIVES – commande SCOP Ozon (newsletter mensuelle)

L’atelier des langues
Kimberley Sutherland
06 84 13 14 89
sutherlandkimberley@gmail.com
Facebook : L’atelier des langues – Kimberley Sutherland

L’article en téléchargement : Kimberley Sutherland

Pour recevoir plus d’articles :

Naturopathe. Astrid Romain

La nature est guérisseuse

Astrid Romain naturopatheAstrid Romain, naturopathe installée depuis fin 2014, dans un cabinet à Montauban*, est la personne idoine pour accompagner n’importe quel patient à trouver son équilibre de santé. Pédagogue, ouverte et tolérante, elle donne les clés adaptées à chaque individu. «Je prends les gens tels qu’ils sont. Je respecte leur fonctionnement, leur mode de vie. Je n’impose pas mais je suggère et surtout j’explique ! Je leur tends plein de perches et je me dis qu’ils vont en attraper une. C’est la règle de progression. La naturopathie ne permet pas de soigner, mais de mettre quiescents les problèmes. Ce que je suis maintenant est le fruit de mon expérience. »

Naturopathe humaine

Et quelle expérience! Astrid Romain s’est engagée, au départ, sur la voie de la naturopathie, pour des raisons personnelles. « J’ai connu un parcours de santé un peu particulier », précise-t-elle avec une voix toujours aussi douce et posée. Cette native de L’Honor-de-Cos a dû subir pléthore d’examens médicaux, à l’hôpital de Rangueil (Toulouse). « A 32 ans, avec des enfants à bas âge, soit tu fais tout ce qu’on te dit ou bien tu te dis que la vérité est peut être ailleurs. » Et la vérité, cette femme résiliente l’a trouvé dans la médecine holistique : puisqu’en en deux ans, elle a quasiment chassé tous ses soucis de santé. Sa passion des chevaux l’a également influencé. Férue d’équitation depuis sa tendre enfance, elle a dû stopper la compétition pour préserver ses montures. «Ils avaient toujours des blessures. J’ai trouvé des solutions avec la naturopathie. »

 INITIATRICE DE LA CREATION D’UN CENTRE RESSOURCE

Pour exercer son métier, Astrid a suivi une formation de trois ans à Rochefort (Charente-Maritime). « J’ai choisi cette école, car j’avais besoin de comprendre comment le corps fonctionne dans sa globalité. » Son diplôme en poche, elle intègre la Coopératives d’activités et d’emploi d’Ozon. Cette naturopathe accompagne désormais une soixantaine de personnes qui ont des objectifs divers : retrouver un peu de vitalité, apaiser leurs allergies, glaner des conseils sur l’alimentation, comprendre une pathologie dont la médecine classique n’arrive pas à résoudre, où encore réduire la toxicité du traitement lié à la chimiothérapie. Le but de cette diplômée d’un DEA en sociologie est de rendre autonome ses patients. « Si je les enferme dans un fonctionnement de dépendance, j’ai perdu la partie. Je dois faire beaucoup de pédagogie afin qu’ils intègrent mes conseils. »

Pour y parvenir, elle repère le terrain métabolique du sujet. La naturopathe propose ensuite des pistes concernant l’alimentation, la phytothérapie, l’aromathérapie ou la réflexologie. « J’attends la réponse du corps et en fonction j’agis. »

Elle souhaite aller plus loin dans son aide apporter à autrui. Elle va créer le premier « Centre ressource » en Midi-Pyrénées. Ce lieu d’accueil, ouvert aux personnes atteintes de maladies dégénératives, permet d’offrir un panel de médecines complémentaires. Le projet a été initié par Jean-Loup Mouysset, médecin oncologue à Aix-en-Provence, il y a quinze ans. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 68% de plus de chance de survie et -50% de récidive. « Je vois des gens souffrir et je veux faire quelque chose. C’est un sens dans ma vie. »

Article rédigé par Sébastien VIVES – commande SCOP Ozon (newsletter mensuelle)

La naturopathe Astrid Romain est ravi de notre travail : « Sébastien, l’article est vraiment du super boulot. Tu écris admirablement bien. Bravo »

Astrid Romain (naturopathe)Astrid Romain 1

*1215 avenue de Fonneuve à Montauban

 

marieastrid.romain@gmail.com

L’article en téléchargement de la naturopathe : Astrid Romain

Pour recevoir plus d’articles :

Post Navigation