Traits d'Union

Une plume singulière & intimiste – Une formation active & responsable

Archive for the tag “Sapiac”

Bpifrance

Bpifrance sponsorise l’USM Sapiac

Bpifrance

Patrice Bégay (à gauche), Directeur exécutif communication et BPI France Excellence, Laurent de Calbiac, Directeur régional BPI France Toulouse, Véronique Védrine, Directrice du réseau sud de BPI France, et Thierry Eychenne, Président du Conseil de Surveillance USM Sapiac, portent le maillot montalbanais floqué du sponsor BPI France. (Crédits : SV)

Sébastien Vives, journaliste de l’entreprise Traits d’Union a réalisé un article pour le magazine La Tribune Toulouse concernant un partenariat de sponsoring maillot de Bpifrance avec l’USM Sapiac, le club de rugby de Montauban, pensionnaire du championnat national professionnel de Pro D2. Vous pouvez vous aussi faire appel à Sébastien VIVES pour rédiger un article.

BPI France se lance dans le sponsoring sportif. L’USM Sapiac, club de rugby montalbanais, et la Banque publique d’investissement, ont scellé, mercredi 7 septembre 2016 au stade Sapiac, un partenariat annuel de sponsoring maillot. La banque, qui a pour mission de « servir l’avenir », souhaite s’implanter un peu plus sur les territoires avec plusieurs contrats de ce type.

« Nous partageons avec l’USM Sapiac les valeurs entrepreneuriales de volonté et d’optimisme. Nous souhaitons valoriser les succès sur les territoires. Les énergies créatrices sont en région. Et ce club est un excellent agitateur économique au niveau local. Avec l’USM, nous allons rencontrer davantage de clients et nous avons beaucoup de business à faire tous ensemble.  »

Avec ces mots, Patrice Bégay, directeur exécutif et directeur de la communication de Bpifrance Excellence, a transformé, le 7 septembre 2016 dans la cité d’Olympe-de-Gouges, l’essai de partenariat avec l’équipe montalbanaise de rugby, qui avait été initié en 2014. Pourquoi avoir coché le nom de Montauban et pas d’autres clubs rugbystiques, plus huppés de la région?

« Parce que nous aimons les gens qui ont des visions et Thierry Eychenne, le président de l’USM, m’a convaincu de son projet », explique Patrice Bégay.

« Nous souhaitons développer notre réseau avec les différents acteurs économiques de la ville », rajoute Laurent de Calbiac, directeur régional Bpifrance.

La Banque publique d’investissement, dont les actionnaires sont l’État et la Caisse des dépôts, devient le principal sponsor maillot durant un an – éventuellement renouvelable – du pensionnaire de Pro D2. Le montant du financement n’a pas été communiqué mais il est « équivalent » à celui d’une formation de Top 14 (élite nationale) comme le Stade Français, champion de France 2015. Bpifrance lie des accords, dans toute la France, avec des clubs sportifs collectifs féminins ou masculins, de handball, de volley-ball ou donc de rugby.

Un accord gagnant-gagnant

Comme l’indique Patrice Bégay, « 90% des décisions sont prises dans les régions ». La section de Bpifrance en Occitanie, basée à Balma en Haute-Garonne, a investi 45 millions d’euros, en 2015, auprès de 310 entreprises du Tarn-et-Garonne.

Grâce à cet accord, l’Union sportive montalbanaise Sapiac (créée en 1903 et champion de France en 1967) pourrait élargir dans un futur proche, son réseau de sponsors, dans un monde professionnel qui demande de plus en plus d’apports financiers extérieurs. « Nous ouvrons le carnet d’adresses de nos clients à notre nouveau partenaire », a assuré Patrice Bégay. « Nous espérons que ces fiançailles dureront longtemps pour un investissement dans l’avenir », lui a répondu Thierry Eychenne, le Président du conseil de surveillance de l’USM Sapiac, avant de préciser sa pensée : « il est compliqué de créer des richesses. Nous avons besoin d’être accompagné. Nous allons écrire une belle histoire. »

2 000 chefs d’entreprises aux Rencontres de la niaquephoto2

Et cette histoire se poursuivra en début d’année prochaine. L’USM Sapiac participera, avec les trente-neuf autres clubs sportifs partenaires de Bpifrance, à la troisième édition des Rencontres de la niaque, spécial champions, le 18 janvier 2017 à Paris où 2 000 chefs d’entreprise de toute l’Hexagone seront présents. La deuxième édition avait réuni plus de 3 600 personnes. Le ballon est désormais dans les mains des dirigeants du club montalbanais pour inscrire d’autres transformations de conventions de partenariat.

Article rédigé par Sébastien VIVES le 09/09/2016 – commande et paru dans le journal La Tribune (agence de Toulouse) sur le site web.

Télécharger l’article en PDF : bpifrance-sponsorise-le-club-de-rugby-de-montauban

Pour recevoir cet article sur Bpifrance et l’USM Sapiac ou d’autres articles:

Pour nous contacter :

Traits d’Union

07 82 03 08 70

Mail :  sebastien-vives@traits-dunion.fr

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Rugby. Joueurs de légende de l’US Montauban

Francis Bourgade : l’âme de 1967

Si l’US Montauban est devenu un club respecté dans le monde de l’ovalie, il le doit notamment aux « historiques » de Sapiac. Francis Bourgade fait partie des légendes du club de rugby « vert et noir ». Ce troisième ligne centre, sacré champion de France en 1967 avec l’USM, a également été entraîneur et président de Montauban. Zoom.

Bourgade 1RugbyUS Montauban : le titre de champion de France de 1967

Le rugby est la fierté des Montalbanais, près du Tescou.

Article rédigé par Sébastien VIVES – paru dans Esprit ovale –

Sébastien VIVES, journaliste sportif, est spécialisé dans les articles de rugby.

Pour recevoir d’autres articles de l’USM  :

Domenech Amédée. Rugby Sapiac

Amédée Domenech :

« Je ne suis pas un héros »

Amédée Domenech

Le 3e ligne de l’USM garde les pieds sur terre

« Je ne suis pas un héros/Faut pas croire ce que disent les journaux /Je ne suis pas un    héros/Un héros… » Ce refrain de la chanson de Daniel Balavoine résume bien l’état d’esprit qu’anime Amédée Domenech, le troisième ligne centre de l’US Montauban. Malgré une régularité insolente dans la performance et les micros des journalistes qui se tendent tous vers lui les soirs de victoires, le métronome sapiacain pense au collectif. Il a forgé cet altruisme dans l’histoire de sa vie. Il a dû porter comme un fardeau l’héritage doré de son grand-père, Amédée-Domenech, international français à 52 reprises, dont le stade de Brive porte son nom. « Je m’étais mis en tête qu’il fallait absolument lui ressembler », avoue cet attachant bonhomme de trente ans, auteur d’une pénalité extraordinaire de 50 mètres face à Perpignan cette saison. « A trop vouloir lui ressembler, je me suis égaré. J’ai un peu perdu les valeurs humaines. J’avais oublié la famille. Je ne pensais qu’à moi. Cette mauvaise passe m’a permis d’évoluer. Aujourd’hui, je fais plus attention aux autres qu’à ma personne. » Malgré ce nom prestigieux dans le monde de l’ovalie, le début de carrière d’Amédée Domenech n’a pas été un long fleuve tranquille. Après avoir touché le cuir au sein de toutes les équipes de l’école de rugby de Brive et y signer son premier contrat professionnel, ce talonneur, reconverti depuis à un autre poste, doit mettre le ballon ovale entre parenthèses. « J’ai eu la malchance d’avoir été mal dirigé », peste le Montalbanais, un brin philosophe.  « Cette année-là a été salvatrice car j’ai compris que le rugby n’était pas mon premier centre d’intérêts. » Amédée s’ouvre et apprend l’humilité au sein d’un petit club de fédérale 1. « J’ai retrouvé l’envie de me faire plaisir et les valeurs du rugby de clocher. »

Une famille en or

Ses chaussures désormais bien ancrés dans le sol, Amédée Domenech rejoint son frère Florent à Montauban après que ce dernier ait donné son CV aux dirigeants. Un autre de ses frères est aussi pensionnaire du centre de formation de l’USM. « J’ai été accueilli comme si j’étais un enfant de Sapiac », dit-il fièrement avec les yeux qui pétillent. « Je suis fier de porter ce maillot. Nous évoluons dans une équipe soudée et devant un sacré public : un véritable poumon vert ! »

Depuis cinq ans, la Cuvette de Sapiac se délecte des courses de ce perforateur de défense qui approche des 100 titularisations en « vert et noir » (95 dont 7 cette saison en 8 rencontres). Il devrait de nouveau être un des fers de lance de la formation tarn-et-garonnaise, invaincue en 2014 dans son antre, ce samedi face à Narbonne. Droit dans ses bottes, Amédée Domenech reste prudent. « Nous devons oublier ce que nous avons réalisé depuis le début de saison et nous concentrer sur Narbonne qui tient la route collectivement. Ayant terminé cinquième la saison dernière, Narbonne n’a pas pu perdre son rugby. Ne nous ne fions pas aux apparences. Il faut rester humble. » Et si la simplicité était la marque des grands champions…

Article rédigé par Sébastien VIVES

L’article paru dans L’Indépendant le 30/10/2014 en téléchargement

Pour recevoir d’autres articles :

Post Navigation